• Relations Presse
  • Aurélie DEFRETIN
  • 01 53 26 45 64
Mardi 22 juillet 2014

Mississippi Baby

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Un récent résultat est venu décevoir les espoirs d’une rémission chez le « bébé du Mississippi », cet enfant qui contrôlait son infection par le VIH sans traitement depuis plus de 2 ans. L’annonce de ce contrôle avait fait grand bruit à la conférence de la CROI à Atlanta en mars 2013 et les Unes des journaux : « Un bébé né infecté par le VIH contrôle la réplication du virus, après plus de 10 mois d’arrêt des traitements. » 

Visuel_n°3_.jpg
Dépisté à la naissance, l’enfant a été mis sous traitement antirétroviral dès sa 31e heure de vie. Il est resté sous antirétroviraux (ARV) pendant 18 mois avant d’être perdu de vue jusqu’à ses 24 mois, une période pendant laquelle il n’a pas reçu de traitements.
A son retour dans le parcours de soins, la charge virale de l’enfant était restée indétectable malgré l’arrêt des ARV. Son état étant « stable », il n’a pas repris d’antirétroviraux, avec un suivi régulier.
L’enfant, âgé de 45 mois au moment du rebond viral, avait passé 27 mois sans traitements. Au 26e mois, sa charge virale était toujours indétectable. Un mois plus tard elle était de plus de 16 000 copies. L’enfant a alors été mis immédiatement sous traitement et va bien actuellement.
C’est une déception face à l’espoir que pouvait représenter ce potentiel cas de rémission de l’infection par le VIH.
Toutefois, pour les scientifiques réunis à AIDS 2014, un contrôle du virus pendant plus de 2 ans chez un jeune enfant, en l’absence de traitement, reste encourageant. Deborah Persaud (Johns Hopkins University School of Medecine, Baltimore, Etats Unis), qui présente les derniers résultats, conclue : « l’étude de ce cas unique montre que l’initiation précoce de traitements chez le nouveau-né infecté par le VIH peut permettre un contrôle du virus pendant plusieurs mois sans traitement ».
Pour Steeve Deeks (University of California, San Francisco), « c’est la démonstration que même une seule cellule infectée, cachée quelque part dans l’organisme, peut entrainer la remontée de la charge virale ».
Mardi 22 juillet 2014
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
les derniers articles
Voir tous les communiqués