Mardi 22 juillet 2014

Si, et seulement si

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Pas une conférence internationale sur le sida sans une action menée par des militants venant de très nombreux pays. La première action, au premier jour de la conférence, a ciblé une session qui réunissait les directeurs de l’Onusida, du Fonds mondial et du Pepfar (le programme américain de lutte contre le sida) et lors de laquelle était présenté le nouvel objectif onusien.
Cet objectif est ambitieux : 90 % des personnes vivant avec le VIH dépistées, 90 % des personnes dépistées positives sous traitement antirétroviral et 90 % des personnes sous ARV avec une charge virale indétectable. Comment ne pas être pour une telle ambition ? Mais dans le contexte actuel, et si rien ne devait changer, elle se résumerait à une gymnastique de communication.

Visuel_n°5_droits.jpg
En effet, tout cela serait possible :

Si, et seulement si, l’accès à la mesure de la charge virale devenait effectif, ce qui est loin d’être le cas ;

Si les populations clés étaient mieux ciblées et soutenues, au lieu d’être criminalisées et discriminées ;

Si la propriété intellectuelle n’était plus un frein à l’accès aux dernières molécules anti-VIH.

Ce ne serait pas une déclaration formelle si le Fonds mondial était financé à hauteur de ses besoins et si les pays les plus affectés par l’épidémie s’engageaient sur leurs budgets nationaux ;

Si l’usage de drogues était décriminalisé pour qu’enfin des politiques de réduction des risques soient effectives partout ; Si la discrimination et la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH et des populations les plus exposées au virus tombaient les unes après les autres…

Bref, beaucoup de « si » pour une belle ambition. 
Mardi 22 juillet 2014
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
les derniers articles
Voir tous les communiqués