Mardi 22 juillet 2014

Des droits pour vivre

  • PARTAGEZ SUR

« C’était mon meilleur ami. Il est mort il y a deux semaines du sida, parce qu’il a refusé de se rendre dans un centre de santé pour avoir des antirétroviraux. Il avait peur d’être découvert et dénoncé en tant que gay. Malgré l’amour que je lui portais, je n’ai rien pu faire pour lui. »
En prenant la parole au MSM Global Forum, la pré-conférence spécifiquement consacrée aux hommes ayant des relations avec d’autres hommes (HSH), l’activiste Michael Ighodaro a levé le voile sur une histoire personnelle qui en résume malheureusement tant d’autres : au Nigéria, très nombreux sont les hommes contraints de vivre dans la peur et la clandestinité à cause de leur orientation sexuelle, au point de renoncer aux soins même en cas de maladie mortelle, comme le sida. 

Visuel_n°6_police.jpg
L’entrée en vigueur récente de lois homophobes au Nigéria et en Ouganda, et le recul qu’on observe dans bien d’autres pays en matière de droits des personnes homosexuelles, symbolise le paradoxe dans lequel se trouve aujourd’hui la lutte contre le sida : les minorités sexuelles sont plus que jamais reconnues comme une population particulièrement exposée au VIH, qui a besoin de programmes spécifiques et de ressources complémentaires ; mais la réprobation sociale et morale, voire la répression pénale, dont elles font l’objet ne diminue pas pour autant, bien au contraire, rendant parfois vains les efforts prodigués pour leur garantir un bon accès aux services de santé.

Le lien entre défense des droits des personnes et lutte contre le sida, qui structure depuis le début la réponse à l’épidémie, conserve donc toute son actualité. Ce n’est pas un hasard si l’un des mots d’ordre de cette vingtième conférence mondiale est « Nobody left behind » (personne laissé sur le bord de la route), soulignant la nécessité de se battre avec d’autant plus de vigueur et de détermination contre toutes les pratiques discriminatoires qui touchent les personnes vivant avec le VIH ou particulièrement vulnérables à l’épidémie. 
Mardi 22 juillet 2014
  • PARTAGEZ SUR
Newsletter
les derniers articles
Voir tous les communiqués