Vendredi 1 février 2019 tagFrance

Décision du Conseil Constitutionnel : La santé et les droits des personnes se prostituant sacrifiés sur l’autel de la morale

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

(Paris, le 01/02/2019) La décision rendue ce jour par le Conseil Constitutionnel de ne pas abroger la mesure de pénalisation des clients des personnes se prostituant constitue une atteinte à la santé, à la sécurité et aux droits de ces dernières, quel que soit leur degré d’autonomie dans l’activité. Les 22 associations et les 30 travailleu.ses.rs du sexe engagé.e.s dans cette procédure s’alarment de ce choix, car ignorer l’impact de cette loi sur la vie des personnes concernées revient à les mettre en danger.

ConseilConstitutionnel.png

Nous regrettons que l’opportunité d’abroger cette mesure, qui avait été rejetée par le Sénat en 2016 et fermement contestée par la Commission nationale consultative des droits de l’Homme, le Défenseur des droits et dernièrement dans une tribune par plus de 150 professionnel.le.s de la santé, n’ait pas été saisie.

Nous dénonçons avec force toute forme d’exploitation, de contrainte, de trafic et de violence exercée à l’encontre des êtres humains, au même titre que nous dénonçons l’impact de la loi de pénalisation des clients et les facteurs de vulnérabilité qu’elle fait peser sur l’ensemble des personnes qui se prostituent.

 Les violences physiques, le harcèlement, les agressions sexuelles, dont le viol, l’exploitation d’autrui, la traite des êtres humains à des fins d’exploitation, etc. sont punissables par le code pénal. L’enjeu est de garantir un véritable accès à la justice pour toute personne victime et non pas d’invisibiliser les personnes en imposant des politiques répressives. Nous le savons, la répression pousse à la clandestinité.

Nous constatons d’ores et déjà, et tous les jours depuis la mise en place de la loi, une aggravation certaine de la situation des personnes, documentée dans un rapport d’enquête nationale. Elles sont de plus en plus précaires, appauvries, exposées à des violences multiformes et contraintes de prendre des risques pour leur santé. La loi ne les protège pas, la pénalisation des clients menace leur sécurité et leur santé.

C'est à ce titre que de nombreuses agences des Nations Unies dénoncent toutes les politiques répressives et c’est en cela que la décision du Conseil Constitutionnel est dangereuse.

La pénalisation des clients est une mesure idéologique qui pénalise en premier lieu les personnes se prostituant.

Notre préoccupation, à nous, est celle de la protection de la santé et des droits fondamentaux. Nos associations restent mobilisées pour accompagner les personnes, quel que soit le contexte légal.

Aussi, nous continuerons à dénoncer et à nous opposer à toutes les mesures qui entravent la santé et les droits fondamentaux des personnes.

Nous en appelons maintenant au législateur pour qu’il tire immédiatement les conséquences de l’impact sanitaire et sécuritaire catastrophique que la pénalisation des clients a sur les personnes se prostituant.

Vendredi 1 février 2019 tagFrance
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
les derniers communiqués
  • Jeudi 13 juin 2019
    Prix des médicaments : la transparence totale est une urgence ! [lire le communiqué]
  • Mercredi 29 mai 2019
    Prix des médicaments : vote d’une résolution historique sur la transparence [lire le communiqué]
  • Jeudi 11 avril 2019
    POUR UNE EUROPE DE LA SANTE : 47 ORGANISATIONS INTERPELLENT LES FUTURS-ES ELUS-ES DE L’UNION EUROPEENNE [lire le communiqué]
  • Dimanche 7 avril 2019
    Sidaction 2019 : 4 503 788 euros de promesses de dons au profit de la lutte contre le sida : un succès populaire ! [lire le communiqué]
  • Jeudi 4 avril 2019
    Sidaction 2019 : les 5, 6 et 7 avril - C’est parti ! [lire le communiqué]
Voir tous les communiqués